Développement des industries de la mode en Afrique. Promotion de la créativité des jeunes stylistes Camerounais  Janvier 2013
Développement des industries de la mode en Afrique. Promotion de la créativité des jeunes stylistes Camerounais Janvier 2013

Dans le but d’éradiquer le problème de perte d’identité culturelle chez les jeunes Africains et de faire de la culture Africaine une industrie de développement intégral de l’homme, l’ASECA a mis sur pied le projet « success through culture ». Pour nous, La culture est taillée à la mesure du peuple. Chaque culture est propre à un peuple précis, elle retrace son histoire et ses mutations, justifient encore mieux sa spécificité. Le désir de valoriser notre culture est soutenu par une culture idéologie culturaliste selon laquelle, le succès et la réussite passent par la valorisation et l’utilisation de sa culture comme un vecteur fondamental de développement. Car, la culture comporte des ingrédients à même de permettre le développement et l’épanouissement de la population d’où le concept « success through culture » le succès à travers la culture.

Projet success through culture 2014.
Projet success through culture 2014.

«Success through culture » est un concept de l’ASECA. C’est un rassemblement de jeunes, lieu propice pour les échanges, rencontres, épanouissement et l’édification entre adeptes de l’art et professionnels.

L’objectif général : Faire de la culture Africaine une industrie de développement intégral de l’homme.

Les objectifs spécifiques :

  • Lutter contre la déculturation de la jeunesse Africaine
  • Promouvoir les échanges d’expérience entre artistes professionnels et artistes débutants, les communautés autochtones afin d’éradiquer le phénomène d’amateurisme, en organisant des ateliers de formation, des ateliers d’échanges et collaboration entre créateurs.
  • Promouvoir les créations des jeunes artistes et créer des réseaux de travail entre artistes novices et promoteurs culturels.
  • Présenter aux jeunes artistes les différentes opportunités génératrices de revenus, et les différents réseaux de financement de projets créatifs en Afrique.
  • Offrir aux jeunes artistes des formations professionnelles en TIC, l’utilisation d’internet comme outil de recherche de partenariat et sponsor, l’utilisation des réseaux sociaux comme outil de promotion des créations artistiques.
  • Lutter contre la mauvaise gestion des droits d’auteur en Afrique en militant pour
  • La mise en place d’un plaidoyer de lutte contre la piraterie afin de permettre aux artistes Africains de vivre de leur art.
  • La mise en place d’un plaidoyer pour l’humanisation et l’éradication de certains rites et traditions Africaines
  • La mise en place d’un plaidoyer pour une véritable politique culture et des industries. créatives viables pour les artistes et promoteur culturel.